Sculpter la lumière, le vide , l’air …
A mes yeux, ce sont des matières au même titre que la pierre, le métal ou le bois.
J’aime les inviter au cœur de mon travail, sentir leur présence, tenter de les apprivoiser.
Lorsque je taille dans la masse, je recherche la pureté de la ligne mais surtout, c’est un dialogue avec la lumière.
Lorsque je compose une œuvre, je sculpte une multitude de pièces et je joue avec le vide qui les sépare et les unit.
Lorsqu’ enfin un souffle d’air s’invite, le mouvement apparait.
Naissent ainsi, à partir de matières lourdes et denses, une certaine évanescence et un étonnant sentiment de légèreté.

 

corine

 

 « Une pierre taillée soudain effleurée par un rayon de soleil s’illumine, se révèle et m’émeut.
Quand la matière rencontre la lumière,
elle est métamorphose…
Douce, émouvante un matin pluvieux,
puissante un après midi d’été,
vibrante à travers le feuillage 
d’un tilleul en fleurs, la lumière est changement…
Alors, la saisissant dans ses subtilités,
le regard posé sur l’oeuvre est frappé,
animée, vivante, la sculpture est
un éternel renouveau. »
Carnet de poésie – Christine Girou

Née à Aix, j’ai grandi au pied de la Sainte Victoire, imprégnée de ce paysage minéral et de cette lumière unique.

J’aime dans le désordre : les mathématiques, le dessin, la lumière, la terre, les haïkus, les enfants, les pierres, la légèreté, l’amitié…

J’ai étudié les mathématiques à l’université, avec amis, mistral et soleil.

Dans la campagne Normande, entre enfants et pommiers, avec Jean Charles Delange (peintre-sculpteur) j’ai travaillé le dessin, la couleur et la terre.

A Lyon, avec Marc Pedoux (sculpteur Land Art) j’ai découvert la sculpture, la pierre et l’atelier partagé.

Depuis je mets dans mes œuvres un peu de ce que j’ai appris et beaucoup de ce que je suis.